Le médicament contre le diabète peut-il traiter le cancer de la prostate ?

La metformine, un médicament que des millions de personnes atteintes de diabète prennent pour contrôler leur glycémie, pourrait être sur le point d’entreprendre une deuxième carrière. Les résultats de diverses études suggèrent qu’elle peut retarder ou ralentir la progression du cancer de la prostate. En même temps, les chercheurs constatent que la metformine ne semble pas prévenir le développement du cancer de la prostate en premier lieu. L’une des explications possibles de cet écart est que, même si elle peut réduire la survie des cellules cancéreuses et donc être utile dans le traitement, elle peut ne pas avoir beaucoup d’influence sur les événements qui déclenchent le cancer et transforment les cellules normales en cellules cancéreuses. L’intérêt pour le potentiel anticancéreux de la metformine ne se limite pas au cancer de la prostate.

Des essais sur des traitements de différents types de cancer

Sur plusieurs sites Web, vous trouverez plus de 60 essais cliniques de la metformine à l’essai comme traitement pour de nombreux cancers différents, y compris le cancer du sein, du côlon, de l’endomètre et du pancréas. Une douzaine d’essais différents sur le cancer de la prostate sont répertoriés, dont quatre recrutent encore des volontaires. Une partie de l’attrait ici est que la metformine est peu coûteuse. Elle est vendue sous des noms de marque comme Glucophage et Fortamet, mais elle est facilement disponible en tant que générique. Pour quelqu’un qui prend de la metformine pour le diabète, un approvisionnement d’un mois de médicaments génériques peut coûter aussi peu que 5 euros

Les plus récentes découvertes

Les dernières découvertes concernant la metformine et le cancer de la prostate proviennent d’un groupe de recherche de l’Université de Toronto. En raison de l’assurance-maladie universelle, le Canada est un trésor de bases de données sur les patients, et les chercheurs ont effectué cette étude en croisant les bases de données sur le diabète, le cancer et les prestations pharmaceutiques pour la province de l’Ontario. L’étude portait sur 3 837 hommes atteints de diabète et l’âge médian du diagnostic était de 75 ans. Dans un Journal spécialisé en oncologie, les chercheurs ont montré une corrélation entre la prise de metformine après un diagnostic de cancer de la prostate et une diminution du risque de mourir de cette maladie. Plus précisément, les chercheurs ont constaté que chaque période supplémentaire de 6 mois d’utilisation de la metformine après le diagnostic était associée à une diminution de 24% du risque de décès par cancer de la prostate. Le risque de décès, quelle qu’en soit la cause, a également diminué avec l’utilisation de la metformine après le diagnostic, mais cette association s’est affaiblie avec le temps.

Les limites du test

Des chercheurs de Toronto ont mené plusieurs études dans le cadre de la recherche, en examinant divers sous-groupes, en partie pour se prémunir contre l’effet trompeur sur la santé des utilisateurs (les utilisateurs de metformine pourraient avoir un risque moindre de cancer de la prostate mortel parce qu’ils sont en meilleure santé au départ, et non en raison d’un lien quelconque avec la metformine). Mais lorsqu’ils ont comparé les hommes qui prenaient de la metformine à ceux qui prenaient ou essayaient de prendre en charge leur diabète à l’aide d’un régime alimentaire, la metformine est ressortie comme si elle était protectrice. Les preneurs de metformine étaient 46% moins susceptibles d’être morts du cancer de la prostate que les personnes au régime. Tous les avertissements habituels concernant les corrélations qui n’égalent pas les autres s’appliquent.

Il faut garder à l’esprit que seuls les hommes atteints de diabète ont été inclus dans cette étude. La question de savoir si les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui ne sont pas diabétiques pourraient bénéficier de la metformine reste ouverte. C’est l’une des questions auxquelles la récolte actuelle d’essais cliniques pourrait répondre.

La metformine ne prévient pas le cancer de la prostate

Le même groupe de chercheurs a publié les résultats d’une étude antérieure. Cette fois, ils ont examiné l’utilisation de la metformine avant le diagnostic. En croisant les chiffres de certaines des bases de données utilisées dans l’autre étude, les chercheurs n’ont trouvé aucune corrélation entre l’utilisation de la metformine et le risque de recevoir un diagnostic de cancer de la prostate chez les hommes âgés (66 ans et plus) ayant reçu un nouveau diagnostic de diabète. D’autres études sur la prévention du cancer de la prostate ont révélé qu’un agent ou un facteur de risque semble protéger contre le cancer de la prostate de bas grade qui peut croître si lentement qu’il ne pose pas beaucoup de risques pour la santé, mais pas contre une maladie avancée qui peut certainement être mortelle et contre laquelle vous voulez vraiment une protection maximale.

Mais cette étude n’a pas trouvé une telle différence. La metformine n’a eu aucun effet sur le diagnostic du cancer de la prostate de bas grade ou de haut grade. Le résultat négatif n’est pas une grande surprise. Des études similaires ont également été publiées les mains vides, et celles qui n’ont pas eu quelques défauts qui rendent les résultats peu fiables.

Pourquoi la metformine aurait-elle des effets anticancéreux sur la prostate ?

Pourtant, les espoirs que la metformine sera utile dans le traitement du cancer de la prostate sont bien là. Et même si vous ne tenez pas compte des données épidémiologiques, il y a des raisons de croire que la metformine pourrait avoir un certain avantage thérapeutique. L’effet peut être indirect. La metformine diminue la quantité d’insuline circulant dans le sang en abaissant la glycémie et en rendant les tissus plus sensibles à l’insuline, une hormone qui fait sortir la glycémie du sang et la transporte dans les cellules. L’insuline et les facteurs connexes ont tendance à raviver certains cancers, y compris le cancer de la prostate, ce qui les rend plus susceptibles de proliférer et de se propager.

Ainsi, en abaissant les taux d’insuline en circulation, la metformine peut enlever une partie du stimulus de la croissance des cellules du cancer de la prostate. La metformine peut également avoir des effets plus directs. La metformine abaisse la glycémie des cellules hépatiques en entravant les processus de production d’énergie dans leurs mitochondries. Les cellules cancéreuses et leurs mitochondries et les cellules cancéreuses, qui se développent et se divisent lorsque les freins sont relâchés, ont besoin de ces processus de production d’énergie qui se déroulent à plein régime. D’autres recherches suggèrent que les effets directs de la metformine pourraient être le résultat de ses interactions avec des chaînes complexes de réactions chimiques appelées voies de signalisation qui peuvent pousser de dangereuses cellules cancéreuses vers la mort cellulaire programmée (apoptose).

Comment la metformine pourrait être utilisée dans le traitement du cancer de la prostate ?

La place de la metformine dans le traitement du cancer de la prostate est difficile à dire. Il y a peu de données probantes, s’il y en a, provenant d’essais cliniques, et les essais cliniques prévus ou en cours portent sur toute la gamme, de la metformine pour les cancers à faible risque non traités au cancer métastasé. Les chercheurs de l’Université de Toronto effectuent actuellement un essai de surveillance active par metformine (MAST). Les hommes sous surveillance active ont choisi de faire surveiller étroitement leur cancer de la prostate à faible risque plutôt que de le traiter immédiatement. L’étude randomise les hommes sous surveillance active pour recevoir de la metformine (850 mg, 2 fois par jour) ou un placebo pendant 3 ans. L’étude vise à déterminer si le médicament retardera le traitement primaire du cancer de la prostate (prostatectomie, radiothérapie, hormonothérapie).

Pour réguler le taux d’insuline

D’autres études se concentrent sur les hommes qui commencent un traitement hormonal, également connu sous le nom de traitement de privation androgénique. L’hormonothérapie abaisse le taux de testostérone. Lorsque cela se produit, les taux d’insuline augmentent souvent, ce que la metformine pourrait probablement contrecarrer. Des taux élevés d’insuline sont malsains pour diverses raisons métaboliques, mais ils peuvent aussi contribuer au retour du cancer de la prostate malgré l’hormonothérapie et la suppression des taux de testostérone. Il est donc possible que la metformine puisse aider à augmenter les effets de l’hormonothérapie. Les chercheurs mènent également des essais sur des hommes après que l’hormonothérapie n’ait pas réussi à contrôler leur cancer. Par exemple, des chercheurs français mènent un essai appelé TAXOMET qui compare le docetaxel (médicament de chimiothérapie vendu sous la marque Taxotere) seul ou avec la metformine.

Le cancer de la prostate qui réapparaît après une hormonothérapie est souvent mortel, mais un certain nombre de nouveaux traitements sont devenus disponibles récemment, et il y a beaucoup d’intérêt pour toute modification qui pourrait les rendre plus efficaces.

Élodie
Élodie
Vous pouvez retrouver grâce à ce site toutes les actualités et les articles comme les bons plans. Je vous propose de me suivre pour en apprendre un peu plus sur mes passions. Je suis surtout spécialisée dans l’immobilier et les technologies !
Lernvid.com Santé & Beauté Le médicament contre le diabète peut-il traiter le cancer de la prostate...