mercredi , mai 16 2018
Derniers Articles

Serge Perottino, un enfant du pays au service des citoyens

En 2008, Serge Perottino devenait le maire de Cadolive avec 63 % des suffrages. Quelques années plus tard, il remettait en jeu son mandat et c’est avec brio qu’il a su combler les attentes des citoyens. En 2014, il améliorait même son score avec un taux de 84 %.

Serge Perottino s’implique pour Codalive

Les élections municipales se profilent à l’horizon, les Français seront donc amenés à voter pour l’élu de leur choix qui aura l’occasion de les représenter. Certes, il reste encore de longs mois, mais les politiciens doivent tout mettre en oeuvre pour combler les Français. Serge Perottino se décrit comme un enfant du pays puisqu’il est né à Codalive. Ce village est donc très important, il a oeuvré depuis son arrivée à la mairie pour le rendre beaucoup plus attrayant tout en respectant bien sûr les valeurs ainsi que les traditions. 

Un homme politique engagé pour les citoyens

Serge Perottino souhaite être le garant d’une gestion saine, il lutte contre les augmentations des impôts locaux et il n’a pas l’intention d’endetter Codalive. Il respecte ainsi toutes les demandes des citoyens qui veulent un lieu à la fois moderne, bien équipé et très agréable à vivre. Pour cet homme politique, le seul moteur de l’action doit être l’intérêt général. 

Une distinction obtenue en 2011 pour ses engagements 

Il agit également aux côtés de plusieurs pays afin d’apporter une aide matérielle. Les populations qui sont dans le besoin peuvent compter sur cette dernière. Il a par exemple oeuvré en 2002 pour un programme dédié à la construction d’un hôpital en Arménie. Cinq années plus tard, il était à l’origine d’une expédition de matériel médical pour le Maroc. Grâce à son implication, il a reçu en 2011 le Grand Prix humanitaire de France qui a été remis à cette occasion par le Président du Sénat.

Article à Voir

Jamais sans mon sac, oui mais en toile !

Il est clair qu'à l'ère des nouvelles technologies, personne n'a encore réussi à se passer …