Blur, sort un nouvel album The Magic Whip après 12 ans de silence

Blur : 12 ans de silence brisé par un concert intime

Alors que Blur s’est muré dans un silence discographique pendant 12 ans, le groupe revient en force pour retrouver ses fans. Les retrouvailles se sont faites lors d’un concert intime à Londres, lors duquel ils ont joué les titres de leur prochain album. « The Magic Whip » est attendu pour le 27 avril 2015.

 

Une salle bondée

Blur n’a pas été entendu depuis 12 ans certes, mais les fans de la bande ne l’ont surtout pas oublié. Ainsi, lors de ce concert intime, qui s’est tenu dans un petit club Mode à Londres, les places n’étaient presque pas suffisantes. Deux centaines de personnes sont venues assister à cette renaissance, dont des fans comme des journalistes. Bien que des années se soient passées, l’ambiance était toujours au top, avec des spectateurs excités d’entendre et de revoir leurs idoles.

 

« The Magic Whip »

« The Magic Whip », tel est le titre du nouvel album de Blur, qui nous vaut ce concert. Après son dernier disque « Think Tank » qui est sorti en 2003, le groupe est loin d’avoir vieilli. La présentation des 12 titres de l’album a enflammé la salle, comme à la bonne époque. Les fans du groupe ont ainsi découvert les 12 morceaux de ce nouvel album directement en live. The Magic Whip, c’est en quelque sorte la condensation de diverses époques de Blur. Quelques titres comme There are too many of us ou Pyongyang se sont particulièrement démarqués. En fait, comme l’explique Damon Albarn, les chansons de cet opus ont été inspirées par Hong Kong. L’inspiration est venue non seulement de la cité, mais également de sa dimension métaphysique. Bien que la prestation live n’ait pas duré très longtemps, les messages ont été passés avec succès. Blur termine le concert avec l’ancien titre « Trouble in The Message Center ». Impossible pour les fans de ne pas les accompagner !

 

Ils n’ont pas changé

12 ans après, les fans de Blur ne s’attendaient sans doute pas à ce que leurs héros ne prennent pas une ride. Et pourtant, ce fut le cas. Au rendez-vous, les performances chevronnées et délirantes d’Albarn, qui se sont fusionnées parfaitement aux jeux de ses coéquipiers, comme si le temps n’avait jamais passé. Le même look d’il y a vingt ans, Graham Coxon n’a pas oublié ses lunettes. L’indémodable polo Fred Perry pour le batteur Dave Rowntree et un ensemble noir pour le bassiste Alex James. Bref… on est ravi de les retrouver !